[Review] Nas – ‘Life Is Good’

Hebergeur d'image

Il s’en est passé des choses dans la vie personnelle et la carrière musicale de Nas entre le morceau ‘Life’s A Bitch’ présent sur son premier LP ‘Illmatic’ (1994) et la sortie de ce nouvel et 10ème album solo ‘Life Is Good’, une histoire riche construite sur des succès et des échecs que retrace ce nouveau projet tout le long des 14 morceaux qu’il contient. 4 ans sépare ce nouvel opus du dernier et controversé ‘Nigger’, jamais le rappeur du Queens nous aura fait patienter aussi longtemps entre 2 de ses LP, mais en allant chercher du côté de sa vie privé il est facile de comprendre le pourquoi de cette longue attente (et n’oublions surtout pas entre temps le fameux intermède ‘Distant Relatives’ en collaboration avec Damian Marley). Si la pression entourant les projets de Mr. Jones a toujours été grande, celle entourant son album N°10 reflète une attente particulière, en clair le contenu de ce ‘Life Is Good’ se devait d’être à la hauteur des espérances…

On rentre rapidement dans le vif du sujet avec ce ‘No-Introduction’ qui, servie par une prod de l’équipe J.U.S.T.I.C.E. League, y voit Nas revenir sur pas mal d’épreuves importantes de sa vie et notamment son mariage raté avec Kelis mais aussi la naissance de son fils Knight en pleine procédure de divorce lors de l’été 2009. Une période délicate de sa vie qu’il décrit longuement dans le dernier titre de ce projet ‘Bye Baby’ dans lequel il revient de façon chronologique sur les différentes étapes de sa relation avec sa désormais ex-femme. Ces dernières années qui lui auront appris plus sur lui-même que les 30 premières, comme le raconte le morceau ‘You Wouldn’t Understand’ sur un beat signé Buckwild avec au refrain Victoria Monet. Dans le single ‘Daughters’ Nas continue de se confier avec cette fois ci comme sujet principal son rôle de parent avec les erreurs et les craintes qui entourent l’éducation de sa fille de 18 ans Destiny.

Ce ‘Life Is Good’ c’est aussi une association très bien dosée de 2 beatmakers, Salaam Remi qui est depuis plus de 10 ans sur chaque album d’Esco, et No I.D. dont on attendait énormément de son travail avec Nas. Ces 2 artistes apportent exactement le genre d’ambiance que recherchait Nasir Jones pour ce projet, des productions samplées nous rappelant avec plaisir ce qui se faisait dans les années 90. Et il ne faut pas attendre longtemps pour être emballé, en début d’album les morceaux ‘Loco-Motive’ et ‘A Queens Story’ sont des réussites de haut vol qui nous confirment pourquoi Nas est toujours considéré comme l’un des meilleurs MCs du rap game. Avec un flow reboosté au max pour l’occasion, le Street’s Disciple absorbe et bonifie tout ce que lui servent Salaam Remi et No I.D, que ce soit ce ‘World’s An Addiction’ avec Anthony Hamilton ou ce jazzy ‘Stay’, sans oublier le nostalgique ‘Back When’ et le single ‘Nasty’ qui finira finalement comme simple bonus track.

L’autre réussite de cet album est de mélanger intelligemment des beats un peu plus posés avec d’autres beaucoup plus dynamiques comme cette collaboration entraînante ‘Accident Murderers’ avec un Rick Ross que j’ai rarement entendu avec un flow comme ça, on regrettera juste qu’il ne colle pas plus au thème dicté par Nas. Dans un autre genre le single ‘The Don’ permet aussi à Mr. Illmatic de se lâcher sur un beat produit en partie par le regretter Heavy D. Ce projet est aussi l’occasion pour Mary J. Blige et Nas de nous faire oublier le très regrettable ‘Braveheart Party’ qui sera même retiré sur demande de MJB des derniers pressages de l’album ‘Stillmatic’, cette fois ci on a droit avec ce ‘Reach Out’ à une excellente collaboration Rap/R&B (dans son sens le plus noble du terme) sur laquelle on retrouve la magie de Rodney Jerkins. Une autre grande dame de la musique est aussi à l’honneur sur cet album avec le morceau ‘Cherry Wine’, un duo avec Amy Winehouse qui nous rappel les meilleurs heures de la chanteuse Britannique.

Ai-je vraiment besoin de préciser que le morceau ‘Summer On Smash’ est de loin le titre avec lequel j’ai le moins d’affinité ? La prod de Swizz Beatz est loin d’être aussi atroce que le couplet de Miguel mais je n’ai tout simplement pas envie (contrairement à Def Jam apparemment) d’entendre ce genre de morceau sur un album de Nas, qui plus est celui là… Mis à part ce titre placé en milieu de projet le reste est cohérent, rythmé et surtout très agréable à écouter d’une traite, un retour gagnant pour le MC du Queens qui n’était pas joué d’avance. Pour conclure avec ce ‘Life Is Good’ Nas répond à la plupart des attentes de ses fans mais surtout beaucoup plus important, aux siennes. A l’image de la période 2001-2003 avec ses projets ‘Stillmatic’ (beef avec Jay-Z) et ‘God’s Son’ (mort de sa mère), il n’est jamais aussi bon quand il doit réaffirmer sa place dans le rap game et/ou se remettre d’une épreuve personnelle. Un album tout simplement excellent!

Les quelques mots de Nasir Jones présent dans le livret résume parfaitement son état d’esprit actuel et refermeront idéalement cette chronique: « Thank you love… Thank you hurt… Thank you fear… Thank you anger… Thank you happiness… Thank you death… Thank you life… ».

Note: 9/10

Tracklist/Crédits

01. No Introduction (Produced by: J.U.S.T.I.C.E. League)
02. Loco-Motive feat. Large Professor (Produced by: No I.D.)
03. A Queens Story (Produced by: Salaam Remi)
04. Accident Murderers feat. Rick Ross (Produced by: No I.D.)
05. Daughters (Produced by: No I.D.)
06. Reach Out feat. Mary J. Blige (Produced by: DJ Hot Day, Salaam Remi & Rodney Jerkins)
07. World’s An Addiction feat. Anthony Hamilton (Produced by: Salaam Remi)
08. Summer On Smash feat. Miguel & Swizz Beatz (Produced by: Swizz Beatz)
09. You Wouldn’t Understand feat. Victoria Monet (Produced by: Buckwild)
10. Back When (Produced by: No I.D.)
11. The Don (Produced by: Heavy D, Salaam Remi & Da Internz)
12. Stay (Produced by: No I.D.)
13. Cherry Wine feat. Amy Winehouse (Produced by: Salaam Remi)
14. Bye Baby (Produced by: Salaam Remi & Noah ’40’ Shebib)

Publicités

9 réponses sur « [Review] Nas – ‘Life Is Good’ »

  1. C’est dommage que tu n’aie pas parlé des titres de l’édition Deluxe, qui vaut vraiment le coup. Sinon super chronique, et l’album est bien sûr aussi bon que tu le dis!

    1. En faite je parle jamais des versions deluxes des albums, ça m’énerve ces histoires de bonus track différents pour telle ou telle version. Mais pour le coup ceux de cet album (notamment les 2 premiers) sont dans la continuité des 14 premiers morceaux et c’est bien dommage que le ‘Nasty’ n’est pas pris la place de ce ‘Summer On Smash’

  2. Belle chronique !
    Mon avis est différent du tiens pourtant !
    En tant que grand fan de Nas, je peux m’empêcher d’etre deçus, l’album est bon mais en faite je sais pas j’attends pas Nas sur ce genre de son, le seul qui me fais vraiment kiffer comme à l’époque de ses débuts c’est le son Daughters.
    Je préfère réécouter un album comme Nastradamus qui est pourtant très critiqué.
    Je vais l’acheter quand même car un album de Nas c’est toujours au dessus du lot !

    1. Ma note et ma review de ce projet reflète la qualité de l’album pour un Nas version 2012 signé sur Def Jam comparé à tout ce qui ce fait à côté actuellement, il est vraiment allé au bout d’un truc.

      Sinon pour reparler de ‘Nastradamus’ cet album a été torpillé par des singles à la con mais sinon par exemple l’enchainement track #5 à 12 (Project Windows / Come Get Me / Shoot ‘Em Up / Last Words / Family / God Love Us / Quiet Niggas / Big Girl) j’ai rarement entendu mieux depuis mais la période o^il a sortie cet opus n’était pas la bonne pour lui

  3. Très bonne chronique (comme d’hab!), je n’arrive pas à décrocher de ce Life Is Good depuis sa sortie!
    Pour moi aussi le gros point noir est le morceau « summer on smash » avec une nouvelle fois Swizz Beatz qui fait de la « merde », ce que je trouve bizarre c’est qu’il est toujours invité sur plein de projets et à chaque fois le rendu est plus que médiocre pourtant interdiction de le critiquer… Bangladesh a essayé… Après je respecte ce qu’il a fait dans le passé mais la c’est du n’importe quoi! Je sais pas ce que vous en pensez!

  4. Aucune affinité avec les prod’ de ce projet.
    C’est peut-être parce que je suis dans une période où j’écoute des trucs à l’ancienne.
    Je réécouterai dans quelques semaines

  5. Bonne chronique encore une fois.
    Je profite pour donner mon avis sur l’album, je trouve que Nas est très bon au mic, ça fait longtemps que je ne l’ai pas vu aussi en forme, c’est pour dire. C’est le grand point fort du skeud d’ailleurs. Pour le reste, c’est malheureusement moins bien par exemple la production qui laisse pour moi à désirer, ou alors les samples sont archi grillés ce qui est dommage.

    Ma track préférée est sans aucun doute Loco-motive, d’ailleurs dommage que Large Pro ne lache pas une prod, je le préfère dans ce domaine qu’au mic perso’. Après, j’ai entendu dire qu’il avait refusé pas mal de prod de Rza, ce qui est dommage.

    C’est un bon album ou c’est Nas qui fait le taff mais dommage que le reste ne suit pas vraiment. S’il avait été mieux produit ou par une seule personne, ça aurait été grandiose.

    Ma note 6.5-7/10.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s