[Review] ScHoolboy Q – ‘Oxymoron’

Hebergeur d'imageHebergeur d'image

Dans le camp TDE il fallait bien que quelqu’un se lance après le succès planétaire du ‘good kid, m.A.A.d city’ de Kendrick Lamar, et c’est logiquement ScHoolboy Q qui s’y colle en ce début d’année 2014. Une première sortie sur major (Interscope) avec certes un petit peu moins de pression que l’étiquette Aftermath que portait son compère de Compton, mais une attente des fans de la première heure toute aussi forte, notamment après 2 solides projets ‘Setbacks’ et ‘Habits & Contradictions’ sortie coup sur coup en 2011 et 2012.

C’est donc à ScHoolboy Q que revient la dure tâche de confirmer la place du label TDE dans la cour des grands (marquer les esprits et aligner des ventes), et si pendant plusieurs mois la machine Interscope a essayé et espéré trouver un single du même acabit que le hit ‘Swimming Pools (Drank)’ de Kendrick, ils ont plus ou moins vite compris que ça serait assez difficile avec ce côté hardcore revendiqué totalement par le MC de South Central. Quincy Matthew Hanley fait du ScHoolboy Q du début à la fin de cet album, qui au final n’a comme seul et unique point commun avec le classic de Kendrick Lamar, sa tracklist initiale composée aussi de 12 morceaux, le reste c’est une autre histoire à tous points de vue… Quoi de mieux pour ouvrir ce projet que le morceau ‘Gangsta’ (introduit par sa fille Joy qu’on retrouve sur la pochette), en quelques minutes on a une démonstration impeccable de ce que Q sait faire de mieux. Entre gimmicks accrocheuses, discours radical et beat sous forme d’ogive gangsta téléguidée par le duo Nez & Rio, le ton est tout de suite donné!

Malheureusement le choix d’enchainer ensuite directement avec ce ‘Los Awesome’ me laisse un peu perplexe, la pression retombe de suite avec ce titre dont il m’aura fallu attendre au moins 5 écoutes pour y trouver un réel quelconque intérêt, la prod de Pharrell ne m’emballe pas du tout et au final seul les performances de ScHoolboy Q et Jay Rock sauvent plus ou moins ce morceau. ‘Collard Greens’ (avec Kendrick Lamar) et ‘What They Want’ (avec 2 Chainz) n’ont certes pas grand chose en commun, mais ces 2 collaborations partagent une certaine efficacité qui devient vite contagieuse, 2 bangers signés respectivement THC et Mike Will Made-It! L’unité de cet album repose sur la présence de son auteur et le choix souvent pertinent des productions, le tout pour un résultat qui se veut constamment efficace avec en ligne de mire cette grosse envie de nous livrer un projet gangsta comme la West Coast nous en a fourni pendant des années.

Continuons notre tour de ce projet avec ce ‘Hoover Street’ dans lequel Groovy nous propose un flashback sombre dans son enfance, très bon morceau avec 2 beats différents, et il faut bien avouer que j’ai une petit préférence pour celui qui sert d’intro, un peu plus emballant que la production principale. Avec cet excellent ‘Prescription / Oxymoron’, ScHoolboy Q continue de se confier notamment sur les difficultés de sa vie de père/gangsta, un morceau central de l’album et pas simplement par son placement dans la tracklist. Un titre produit par Sounwave et Willie B construit aussi en 2 parties, sur ‘Prescription’ certains auront reconnu un sample du groupe Portishead (‘Undenied’) plutôt planant qui laisse place ensuite sur ‘Oxymoron’ à un beat agressif avec cette ligne de hi-hat totalement psychotique! Les 2 morceaux précédemment cités sont entrecoupés par cette tentative de love song ‘Studio’ qui vire rapidement dans la catégorie sex song, morceau avec en featuring BJ The Chicago Kid dont j’ai compris la réelle efficacité au bout de quelques écoutes.

Un album qui jusque-là est plutôt bon et qui avec l’ajout de 4 autres morceaux va se transformer en très bonne sortie, et je ne parle pas de ‘The Purge’ avec Tyler The Creator et Kurupt, titre alléchant sur la tracklist qui au final restera pour moi anecdotique avec ce côté beaucoup trop minimaliste pour ne pas dire simplet. Les 4 morceaux en questions sont donc tout simplement les 4 derniers titres de la tracklist, un enchainement de folie qui ne pouvait pas mieux refermer ce projet! Tout débute avec ce ‘Blind Threats’ en compagnie de Raekwon (Lord Quest à la prod) pour un moment juste magnifique suivi par cette fusée ‘Hell of A Night’ lancé par DJ DaHi (à qui l’on doit aussi la tuerie ‘Money Trees’ sur le dernier album de Kendrick Lamar). Histoire de bien achever l’auditeur, on se prend dans la gueule coup sur coup ce ‘Break The Bank’ d’Alchemist et le grand final ‘Man of The Year’ signé par Nez & Rio (un duo qui ouvre et ferme cet album), 2 morceaux qui on peut le dire déglinguent et qui ne sont pas loin de faire l’unanimité chez tous les auditeurs!

A l’heure de faire le bilan, cet ‘Oxymoron’ est plus que séduisant, une vraie sortie gangsta rap qui ne fait que très peu de concession. Et si ma première écoute était loin d’être très emballante, 2 semaines plus tard je suis complétement séduit par ce nouvel album du camp TDE sur major avec déjà une grosse envie de savoir ce que donnera le projet d’Ab-Soul. Pour finir un petit mot sur les divers bonus track de ce projet car il y en a pas moins de 7 (??!! du grand n’importe quoi quand on passe d’une tracklsit initiale de 12 morceaux à ensuite 19…), pour au final très peu de choses à vraiment retenir si ce n’est ces 2 autres productions du duo Nez & Rio (‘Fuck LA’ et ‘Californication’ avec A$AP Rocky).

01. Gangsta (produced by Nez & Rio)
02. Los Awesome feat. Jay Rock (produced by Pharrell Williams)
03. Collard Greens feat. Kendrick Lamar (produced by THC / co-produced by Gwen Bunn)
04. What They Want feat. 2 Chainz (produced by Mike Will Made-It / co-produced by Marz)
05. Hoover Street (produced by Sounwave)
06. Studio feat. BJ The Chicago Kid (produced by Swiff D)
07. Prescription / Oxymoron (produced by Sounwave & Willie B)
08. The Purge feat. Tyler, The Creator & Kurupt (produced by Tyler, The Creator)
09. Blind Threats feat. Raekwon (produced by Lord Quest)
10. Hell of A Night (produced by DJ DaHi)
11. Break The Bank (produced by Alchemist)
12. Man of The Year (produced by Nez & Rio)

Gangsta, Hell of A Night & Man of The Year: additional production by Sounwave

Publicités

3 réponses sur « [Review] ScHoolboy Q – ‘Oxymoron’ »

  1. Je suis pas vraiment fan du clan TDE même si j’avais bien aimé le Follow me home de Jay Rock et cet album confirme cela.
    La grosse 1ère partie est assez convenu pour moi (hormis le 1er morceau très bon et le 2ème très mauvais) et même si comme tu le souligne les 4 derniers sont très bons (surtout les 2 derniers !!!!!!) cela fait trop peu pour moi.
    Mais je comprend que cet album puisse plaire à beaucoup

  2. L’album est plaisant pour les nouveau banger que Schoolboy Q nous a habitué tout au long de 2013. (Banger, she like, ect..)
    Je retient Gangsta, Oxymoron, Fuck L.A. de nouveau
    et Hell Of a Night, Break the Bank, Man of The Year que l’ont connaissaient avant la sortie
    What They Want, Studio, et pour les autre j’ai pas eu d’écoute approfondie.

    Au début de mon post je voulais dire qu’il manqué de bon son mais au final y’a beaucoup prod très efficace avec Q dessus. C’est Q flow hargneux et la fois stoone, l’album est loin d’être mauvais, dans son style, c’est l’seul, il arrive il déglingue les prod, y s’impose dans le Hip Hop Gangsta et il le fait bien.

    Dans la version de-luxe, j’aurais quand même mis Yay Yay.

    Ps: En se moment je défonce du Spark Master Tape c’est ouf.

    1. ‘Yay Yay’ et ‘Gravy’ ne sont pas dégueulasses non plus en bonus track mais ça reste en dessous des titres de l’album.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s