Guilty

[Review] Guilty Simpson – ‘Detroit’s Son’

Depuis la sortie de son premier album Ode To The Ghetto en 2008, Guilty Simpson a toujours pris la bonne habitude de travailler sur des projets avec un seul et unique producteur, ce nouvel LP sur Stones Throw suit le même schéma. Après Madlib (O. J. Simpson), Eric Lau (The Mission), Black Milk (Random Axe), Apollo Brown (Dice Game), Small Professor (Highway Robbery) et Oh No (The Simpson Tape), c’est au tour de Katalyst de collaborer avec le MC de Detroit.

Pour comprendre l’origine de ce projet, il faut remonter à 2012 avec l’album concept Quakers réalisé et produit par un trio composé de Katalyst, Fuzzface (Geoff Barrow, membre du groupe trip hop Portishead) et 7STU7 (Stuart Matthews, ingénieur du son de Portishead). Un opus regroupant plus de 30 invités répartis sur 41 titres, et sur lequel apparait 2 fois Guilty. C’est d’ailleurs avec un beat qu’on trouve déjà sur ce projet, et portant le même nom, que s’ouvre cet album Detroit’s Son.

Un morceau d’introduction (R.I.P.) qui prend au corps, ces gros synthés on aime ou pas, surtout quand ils virent dans des accords et des tonalités agressives. Le signal est lancé, ça va sonner dur en adéquation avec le style abrupt de Simpson.

Un projet élaboré en partie en Australie où vit Katalyst, à des milliers de kilomètres du Detroit de Guilty Simpson. Un éloignement qui lui a permis de prendre du recul sur sa ville qui essaye tant bien que mal de se reconstruire après la terrible crise des subprimes.

Après le fumant Blunts In The Air avec Cyson, on se dirige vers le fin fond de Detroit avec des morceaux imagés comme The D ou Detroit’s Son, en faisant une halte dans l’esprit torturé de Guilty avec ce court titre d’une minute Ghetto.

Les productions de Katalyst se marient parfaitement avec le style hardcore du MC, le meilleur exemple est certainement ce Fractured en compagnie de Fat Ray, avec ces guitares enragées qui donnent le ton. On retrouve des basses prenantes sur les très bons Radiation Burn, Rhyme 101 et Time Is Now.

Après le groovy et entraînant Smoking, on a droit à un autre braquage sonore avec cette collaboration Blue Collar avec Elzhi, encore un titre qui ne laissera pas indifférent. Moi j’adhère, tout comme ce street banger Dirty Glove accompagné de Phat Kat avec cet excellent refrain de Guilty.

Detroit’s Son est sans surprise une sortie plus que solide de la part de Guilty Simpson, et sans aucun doute l’un des albums marquants de cette année.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s