Westside Connection – ‘Bow Down’, le dernier classic de l’ère Gangsta Rap / G-Funk?

Pour plusieurs raisons, ce premier album Bow Down de la Westside Connection peut être considéré comme le dernier gros album de la période de domination de la West Coast.

Remettons les choses dans leur contexte. De mars 1995 à septembre 1996, la scène West Coast perd 2 de ses plus influents représentants avec les décès d’Eazy-E et 2Pac. Dans cette même période, l’empire Death Row commence à s’effriter avec le départ de Dr. Dre, puis de Snoop Dogg qui lui emboîtera le pas plus tard. Sans compter que depuis quelques temps, le pseudo beef East Coast vs West Coast parasite le rap game, et les fans.

C’est donc dans une période tendue que sort ce projet en commun d’Ice Cube, WC et Mack 10 sous la bannière Westside Connection.

A cet époque les trois artistes sont au sommet de leur art et ont déjà des CV bien remplis. Une association excitante sur le papier qui se vérifiera rapidement sur l’album. Porté par son premier single Bow Down, le trio affole les oreilles, et il n’en faudra pas plus pour créer une énorme attente autour de cet opus.

10 morceaux aux titres explicites, tout comme leur contenu, les 3 artistes ne sont pas réputés pour avoir leurs langues dans leurs poches. Dans cette fumée de titres gangsta, il y a plusieurs charges lancées sur le peu de respect pour la côte ouest venant notamment de New York. Un sujet abordé virilement avec ce All The Critics In New York aux accents de règlement de comptes. Des attaques en règle qui se propagent sur Cross Em Out And Put A K et Hoo Bangin (WSCG Style) visant des rappeurs comme Common et Q-Tip qui ont critiqué le mouvement gangsta rap. Autres victimes du trio, le groupe Cypress Hill qu’ils prennent plaisir à ridiculiser sur le morceau King Of Hill entre autre.

Un album qui signe un sans faute dans sa sélection de beats, avec des productions assurées en partie par Bud’da (5 titres), ainsi que QDIII, Ice Cube, Binky et Cedric Samson. Tous les éléments d’une prod typée West Coast sont présents. Westside à souhait !

L’intro World Domination sera la ligne de conduite de tout l’album, et même du suivant, Terrorist Threats, qui sortira 7 ans plus tard avec le hit Gangsta Nation. Les deux premiers morceaux de ce projet, Bow Down et Gangstas Make The World Go Round, qui se retrouvent être les 2 singles, sont des affirmations d’un style né à la fin des années 80 avec N.W.A. Pas vraiment de concessions au micro pour les 3 artistes qui ne jurent que par le gangsta rap.

Les morceaux suivants suivront la même voie, que ce soit Do You Like Criminals? ou ce The Gangsta, The Killa And The Dope Dealer, une sorte de remix gangsta du film Le bon, La brute et Le truand qui se déroulerait dans les années 90 entre South Central et Inglewood. Un titre complété plus tard par ce tout aussi bon 3 Time Felons nous plongeant au cœur du lifestyle OG West Coast.

48 minutes de pur gangsta rap comme on en fera que rarement par la suite. La fin d’une ère, la fin d’une époque. Que de souvenirs.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s