[Review] Jay Rock – ‘90059’

4 ans après son premier album officiel Follow Me Home, le rappeur du Watts Jay Rock est de retour avec un tout nouveau projet très attendu.

Jay Rock fut le premier artiste reconnu signé sur le label TDE, et celui par lequel tout a commencé, que ce soit en apportant un premier coup de projecteur en 2004 sur la structure lancée par Anthony Tiffith ou en sortant le premier album physique en 2011 (en partenariat avec le label Strange Music de Tech N9ne).

Cette suite de son Follow Me Home, intitulé simplement 90059 comme le code postal de son quartier du Watts, est une nouvelle étape importante dans la carrière du MC et du label. En effet, c’est le premier projet sorti en totale indépendance par TDE en version physique, sans avoir à recourir à l’aide d’un autre label ou d’une major (Interscope, comme pour les derniers projets de Kendrick et ScHoolboy Q).

C’est avec Necessary que s’ouvre ce projet, un morceau dans lequel Jay Rock nous emmène directement chez lui: « 9-double 0-5-9 be the zip » en y décrivant un paysage Américain où l’expression « by any means necessary » fait loi. Un titre qui, comme le suivant Easy Bake en 2 parties avec Kendrick Lamar et SZA, nous indique clairement qu’on se trouve bien sur un album du camp TDE avec cette signature sonore bien distincte.

En seulement 2 morceaux on peut déjà sentir les évolutions et les choix artistiques qui différencient cet opus de son précédent sortie avec Strange Music. À l’instar de Kendrick, les multiples jeux de flow et de tons font maintenant partie intégrantes de la palette de l’artiste du Watts, là aussi une nouvelle marque de fabrique d’un produit Top Dawg.

Avec Gumbo et Telegram (Going Krazy), on a 2 street bangers redoutablement efficaces qui inscrivent l’album dans une catégorie haut de gamme. On retrouve le quatuor Blach Hippy déchaîné sur ce Vice City qui liste toutes sortes d’addictions et de vices sur un ton amusé et décalé qu’ils maîtrisent à la perfection (à quand un projet en commun de ces 4 là).

L’album alterne intelligemment entre titres un peu plus légers, Wanna Ride, et d’autres qui ont un message à délivrer comme sur cette collaboration Fly On The Wall avec Busta Rhymes ou ce magnifique morceau de clôture The Message. C’est logiquement aussi qu’on retrouve Money Trees Deuce sur ce projet de Jay Rock, la suite du morceau de Kendrick qui dans un registre assez différent est tout aussi bonne.

À l’image du morceau du même nom, 90059 est un opus travaillé et réfléchi qui marque un vrai tournant dans la carrière de Jay Rock. Le grand frère du camp TDE s’est laissé petit à petit inspiré par le style de ses compères du label, tout en gardant heureusement une identité bien distincte. Un nouvel album qui a une vraie portée symbolique, en plus d’être sans aucun doute l’un des albums marquants de cette année 2015.

Publicités

4 commentaires

  1. Le TDE et Kendrick lui doivent beaucoup, mais malheureusement pour lui le grand publique n’est pas de cet avis.

    Son album devrait vendre moins de 25 000 copie en première semaine, c’est plus que les 5000 copies du premier opus mais ça reste très très faible pour un artiste signé sur un des labels les plus chaud du moment.

    Fan de Jay Rock depuis 2005 (à l’époque il tournait autour du Blackwallstreet de The Game) je note une réel évolution sur cet album comme tu l’as dit dans ta chronique.
    Il a fait un travail sur son flow, plus varié et moins énervé qu’à l’époque, on sent vraiment une volonté de faire un album de qualité comme si il voulait prouver qu’il a sa place dans ce label, car il faut être honnête, Jay est surement le rapper les moins populaire du TDE (les chiffres de vente le prouvent).

    Ce manque de popularité s’explique surement par un coté street trop marqué, sans un aspect « crazy » qui pourrait le rendre plus populaire, Jay c’est juste le mec de rue de base.
    Ses interviews ne sont d’ailleurs pas très intéressantes, charismatique au mic mais loin de l’être dans la vrai vie, c’est comme ça que je résumerai mon portrait.

    Anyway, ce qui nous intéresse c’est la musique et l’album est très très bon, bien produit, original, bref heavy !!
    A mes yeux il n’y a pas de mauvais morceau, je suis juste déçus par la collaboration avec I Rashad & Black Hippy, j’en attendais vraiment beaucoup et au finale c’est les deux morceaux que j’écoute le moins de l’album.

    Je vais surement acheter l’album (comme le premier), quand ma trésorerie me le permettra, en espérant qu’il fasse des ventes corrects sur le long terme.

    PS : Par contre très déçus de la cover, horrible ! Dommage les covers des derniers opus du TDE étaient beaucoup mieux.

    • J’ai lu 18 000 ventes max même, c’est assez proche des 22 000 du dernier opus d’Ab-Soul.

      Si ces 2 projets étaient sortis avec l’aide d’Interscope, les ventes auraient été multiplié par 3 au moins, mais il aurait fallu faire quelques concessions pour des singles capables d’avoir une durée de vie plus ou moins long en radio (comme le dernier album de ScHoolboy Q).

      • Je pense qu’Interscope ne voulait pas de lui, comme pour Ab-Soul justement c’est des artistes dur à marketer !

        Ce mec est vraiment maudit pour les ventes, avec Strange Music il sort un très bon premier opus, acclamé par la critique et soutenu par Dr Dre en personne ainsi que d’autres rappers de la West mais non, ça ne prend pas.
        Pourtant Strange musique est un label avec une fan-base solide et généralement les projets ce vendent mieux que ça.

        Et en 2015 en étant sur TDE vendre moins de 20 000 albums c’est dur à expliquer.

        Bref, la sortie de l’album en physique dans les jours à venir va peut être lui permettre de rebondir mais honnêtement j’en doute.

  2. Le problème avec Jay Rock ?

    Facile !

    Il lâche des couplets explosifs (« Money Trees », « Black Lips Bastard Remix », « I Just Wanna Party », etc.) mais sur un long projet, peut-être à trop vouloir bien faire, il se laisse trop éparpiller.

    L’album est bon, c’est une évidence. Ca aurait été un « new guy in the game » qu’il aurait buzzé comme pas possible. Mais Jay Rock a un passif, et il a du mal à garder une image forte et surtout stable contrairement à tous ses « labelmates ».

    Moi perso, après avoir saigné « Parental Advisory », je m’attendais à un album aux sonorités typées bien West-Coast et des couplets dans la ligné de ce qu’il sortait ces derniers temps. C’est son truc et ce, depuis le début.
    On attaque avec le violent « Necessary ».

    Et puis voilà ! C’est tout…

    Pour moi, soit cet opus est sorti trop tôt dans sa disco, soit il est incomplet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s